Dernier article

Image principale

La vélodyssée #1

De La Rochelle à Lacanau

Menu
Image principale

La vélodyssée #1

La vélodyssée #1

Pour notre troisième voyage à vélo, après la Manche, nous avions envie de longer une autre côte et d’emprunter l’une des véloroutes les plus connues, la Vélodyssée. C’est donc la côte Atlantique que nous avons suivie, de La Rochelle à Bayonne, pendant une semaine plutôt pluvieuse du mois de mai 2016. Un itinéraire majoritairement en voie verte, entre forêt et longues plages de sables, et sans grosses difficultés.

Place à la première partie du voyage

La Rochelle à Lacanau

Les tours St-Nicolas et de la Chaîne à l’entrée du vieux port

Comme d’habitude, on embarque de Paris avec nos “T100”, comme on les appelle, et notre petit nécessaire de camping. Arrivés à La Rochelle en

milieu d’après-midi, nous commençons par flâner et visiter la ville sous un beau soleil de printemps. Au retour aux vélos, petite surprise : Antoine a crevé. Un bien beau record de crevaison après 0 kilomètres de parcourus 🙂 ! Une petite réparation plus tard, on arrive au camping municipal “Le Soleil”, près du port des Minimes. S’il est très bien situé, on déchante un peu devant la pelouse très abîmée et le prix un peu élevé au vu du service…Après un bon dîner sur une terrasse du port à l’Optimist, retour au camping pour une nuit mémorable, entre retour de boîte alcoolisé d’un groupe de jeunes et ébats amoureux dans la tente voisine. Fou rire garanti !

Le lendemain, le début de l’itinéraire le long de la côte est agréable mais ensuite sans grand intérêt jusqu’à Rochefort. L’itinéraire longe une quatre voies pendant plusieurs kilomètres, une fois par la gauche, une fois par la droite… A Rochefort, ne manquez pas l’impressionnante Hermione si elle s’y trouve, et la Corderie Royale. On avoue que le reste de la ville ne nous a pas fascinés. Un dilemme s’offre à nous ensuite, car nous aurions aimé prendre le très imposant Pont Transbordeur de Martrou malheureusement fermé. Toutefois l’itinéraire par le sud nous fait économiser plusieurs kilomètres, mais il faut subir le pont très fréquenté au dessus de la Charente. Nous optons finalement pour la boucle par Tonnay-Charente qui s’avérera très agréable et rapide. L’itinéraire nous mène à Marennes, nous fait passer par des marais où l’on est ravis de voir plusieurs familles de ragondins ! On pose notre tente au camping agréable “Au bon air”, où l’on passe une nuit moins agitée que la précédente.
Jour 2, on commence avec une parenthèse pittoresque et gourmande au port ostréicole de La Tremblade. On y déguste notamment une huître numéro 1 à faire peur ! Pour rejoindre ce port depuis Marennes, il faut traverser la Seudre par le pont. Il y a une piste cyclable mais nous avons eu un fort vent, ce qui peut rendre la traversée un peu périlleuse pour les moins habitués ou les enfants. En saison, il existe un passeur si vous souhaitez l’éviter.

Voie verte dans la forêt de La Coubre

L’estomac comblé nous continuons notre route entre mer et forêt, à travers la forêt de La Coubre. A l’approche de Royan, à Saint-Palais-sur-Mer, beau point de vue sur la côte et sur de typiques carrelets. Nous ne pourrons pas vous dire grand chose de Royan car nous avons filé pour attraper le bac et traverser l’estuaire de La Gironde. Si vous avez le temps de vous y balader, la ville abrite apparemment des villas Belle Epoque qui valent le détour.

Une fois de l’autre côté, direction Soulac-sur-Mer au camping Le Royannais. Puis bière les pieds dans le sable à L’Escale de la Plage. Nous rentrons ensuite nous faire manger par les moustiques (record de 20 piqûres sur les jambes à battre) et caresser le chat du camping comme maigre consolation.

Le lendemain, la route nous offre quelques passages en montagnes russes, qui pimentent un peu le parcours qui reste assez monotone par ailleurs. Nous traversons la forêt des Landes en grandes lignes droites, en passant par des villages de surfeurs un peu fantomatiques en cette saison. Le soir après nous être installés dans une cabane en bois originale et confortable sur l’étang de Lacanau, nous retrouvons des amis pour dîner du côté de l’Océan.